BDouin UniverseL’intérêt / Riba en Islam

L’intérêt / Riba en Islam

Les récréations de Walad et de ses amis sont toujours bien animées et pleines d’aventures ou plutôt de mésaventures … Dans le tome 7 de la famille Foulane, un commerce clandestin de billes se met peu à peu en place dans la cour et un nouveau personnage apparaît. Il s’agit du dépositaire que l’on nomme également Ibra. Il se charge de garder les billes de ses camarades et d’en prêter à ceux qui n’en ont plus en échange d’un objet laissé en gage. Afin de tirer profit de ce “trafic”, Ibra demande à ses camarades “endettés” de lui rendre un peu plus de billes, par exemple pour 10 billes empruntées, ils devront lui en donner une de plus soit 11 au total. Fort heureusement, Walad a eu une attitude très sage et s’est tenu à l’écart de ces transactions. Il a néanmoins informé comme à son habitude ses parents de la situation. Oummi et Abi lui ont alors expliqué que cette manière d’échanger les billes était interdit en islam car il s’agit du Riba.

Abû Hurayrah (qu’Allah l’agrée) rapporte que le Prophète ﷺ a dit : « Eloignez-vous des sept péchés destructeurs ! » Les Compagnons (qu’Allah les agrée) demandèrent : « Ô Messager d’Allah ! Quels sont-ils ? » Il répondit : « Donner un associé à Allah, pratiquer la sorcellerie, tuer une personne dont Allah a rendu l’âme sacrée – sauf s’il s’agit d’un droit -, prendre des intérêts, spolier le bien de l’orphelin, fuir le jour de la bataille et lancer de [fausses] accusations contre les croyantes chastes et insouciantes. »

[Rapporté par Al Bukhari et Muslim]

C’est quoi Riba ?

Le mot -Riba- signifie en langue arabe l’ajout – Az Ziyaada – et peut être traduit en français par “le prêt à intérêt”. Dans le vocabulaire islamique, Riba désigne l’ajout qui est conditionné au moment de la conclusion d’un contrat.

Dans un hadith authentique, le prophète ﷺ nous informe que la personne qui donne et celle qui reçoit le Riba sont égales dans le péché.

Ce qu’il faut retenir c’est que lorsqu’une personne prête une chose quelle qu’en soit la nature (argent, or, blé, dattes…) à une autre personne et que lors du prêt elles se mettent d’accord pour que la chose prêtée soit rendue et qu’en plus de cela la personne qui fait le prêt devra profiter d’un avantage quel qu’il soit alors cet avantage est du Riba.

En revanche, si on nous prête quelque chose et que l’on décide de notre propre chef de rembourser notre dette par une chose meilleure alors cela est permis et fait même partie du bon comportement.

Exemple :
Notre voisine nous prête une plaquette de beurre de 200 g, nous lui rendrons la quantité exacte empruntée et nous pourrons ajouter si nous le souhaitons une partie du gâteau que l’on a préparé pour la remercier et cela n’entrera pas dans le Riba car ce n’était pas une condition et la voisine ne l’a pas exigé lors du prêt. 

Qu’Allah nous accorde la bonne compréhension de notre religion et qu’Il nous éloigne des péchés !

O.H. & S.N.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Les pronoms possessifs en...

En arabe, les pronoms possessifs sont des suffixes qui...

Réfléchir avant d’agir pour...

Dans le tome 8 de la famille Foulane, monsieur...

Le shirk en islam...

Un matin, Jérôme arrive à l’école avec une drôle...

Le gaspillage en islam

Dans la BD Walad & Binti des studios Bdouin,...

La curiosité en islam

Dans le tome 8 de la famille Foulane, les...

Le jeûne en islam

Le jeûne peut être défini comme une privation volontaire...